L’écologie est une science sociale … et bien plus encore

Une mise au point intéressante à propos de ce mot que l’on charge de dire tout et son contraire. Personnellement, je ne suis pas loin de penser que l’écologie pourrait très bien représenter au 21e siècle, non pas le couronnement du savoir au sens où quelques philosophes ont pu un jour l’imaginer pour leur propre discipline, mais bien le dénominateur commun entre tous les champs de la connaissance dite « scientifique », le fil rouge entre les sciences, qu’elles soient dites de la « nature » ou au contraire « humaines » ou « sociales ». Certes, ces classifications ont aujourd’hui perdu de leur rigidité, le monde scientifique et l’université en particulier reconnaissant de plus en plus des approches  multi- ou transdisciplinaires d’objets de plus en plus nombreux. Cette redéfinition de l’orientation et de la nature du regard scientifique me paraît devoir être mise en lien avec l’effritement progressif du clivage nature / culture qui a déterminé l’appréhension rationaliste du monde, l’organisation et l’institutionnalisation du savoir depuis – grosso modo – le 17e siècle. La prise de conscience des enjeux environnementaux contemporains sont en partie rendus perceptibles par un éclairage de la relation de l’homme à son milieu qui mobilise à la fois les sciences humaines et les sciences de la nature ; c’est aussi le développement d’une sociologie de l’environnement en rupture avec la tradition de voir le social comme une construction indépendante du milieu, qui amène aujourd’hui les sciences humaines et sociales à reconnaître et à se préoccuper d’objets non-humains. Mais il s’agit bien ici d’un souci de connaissance scientifique, même si celle-ci peut (et doit le cas échéant) servir de référence ou d’appui à des prises de position critiques et / politiques. Le regard écologique pourrait se définir comme le regard holistique par excellence appliqué à la planète et à tout ce qui l’habite. L’exercice de ce regard est, on s’en doute, d’une complexité extrême, et doit à ce titre mobiliser toutes les ressources de la rigueur scientifique. L’urgence et l’importance de ce qui  motive une connaissance écologique justifie que celle-ci soit affranchie des caricatures et du folklore dans lesquels beaucoup se complaisent encore à l’enfermer.

Le_déluge_-_musée_de_beaux_arts_de_Nantes_20091017

https://sciences-critiques.fr/lecologie-est-elle-une-science-sociale/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s