Les intellectuels sont-ils anti-démocratiques ?

La question est provocatrice mais pas infondée comme l’explique le compte-rendu d’A. Guichoux. Toutefois, si l’on veut éviter de se retrouver piégé malgré soi dans la « posture en surplomb de l’intellectuel » que l’ouvrage dénonce, il conviendrait de ne pas se borner à souhaiter la dissolution de l’intellectuel dans une démocratie où la réflexion serait largement – et idéalement – partagée dans et hors de l’université. Si par réflexion on entend effectivement la double capacité de porter sur le réel un regard critique et de traduire celui-ci de manière telle qu’il puisse alimenter le débat public, il faut encore se donner les moyens de diffuser largement les outils de de la réflexion et d’instruire les citoyens de leur utilisation. Et ce faisant, de procéder à une discussion approfondie de l’idée de démocratie et de ce que l’on souhaite qu’elle devienne … ou non.

Couverture ouvrage

via Les intellectuels sont-ils anti-démocratiques ? – Nonfiction.fr le portail des livres et des idées

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s