Les « jobs à la con » de David Graeber

Pourquoi les emplois les plus utiles à la société sont-ils les plus mal payés ? Quelle partie de notre temps de travail consacrons-nous à ce que nous sommes exactement censés faire ? Pourquoi les entreprises qui cherchent la rentabilité en licenciant à tour de bras conservent-elles tant de postes administratifs abscons ? De façon pas très académique, David Graeber, anthropologue, (dont on peut se demander en passant quelles sont ses relations avec ses collègues de la London School of Economics) pose la question d’un étonnant paradoxe : comment se fait-il que le capitalisme et son discours d’efficacité, de rentabilité et de productivité, se traduisent dans un accroissement du poids des diverses administrations et, surtout, de tâches a priori sans utilité apparente  ?

Voilà, me paraît-il, un intéressant point de départ pour (re)questionner la pertinence d’un enseignement supérieur de masse et celle de ses efforts – parfois pathétiques – pour justifier sa capacité à fournir aux étudiants des compétences en adéquation aux exigences du marché.

via On the Phenomenon of Bullshit Jobs – STRIKE!.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s