Des intellectuels et de la complexité.

J’avoue que je suis un peu (beaucoup) déçu par ce billet de Serge Tisseron, mais à la décharge de l’auteur, le format médiatique ne favorise pas le développement d’idées … complexes. La question n’est cependant pas de disserter sur les limites que je trouve à cet article mais plutôt de souligner l’intérêt du thème qu’il aborde. Je ne parle pas du titre, ambigu s’il en est. De quel pouvoir des intellectuels – rêvé ou fantasmé – parle-t-on ? Et puis, les intellectuels ont-ils jamais eu « prise » sur leur époque ? Devenir le cas échéant le conseiller du Prince ne signifie pas pour autant être puissant. En revanche, on peut penser que les intellectuels ont pour principale responsabilité de réfléchir de manière critique. Par essence, la pensée critique qui se construit sur base de la réflexivité propre aux sciences humaines et sociales est une pensée complexe. Complexe car elle ne peut se contenter d’oppositions binaires du type bien / mal, ancien / nouveau ou encore gauche / droite … Complexe car compréhensive dans les deux sens du mot, à savoir celui de l’entendement mais aussi celui de la prise en considération dans un regard globalisant de la diversité des paramètres qui constituent une problématique. L’intellectuel sera donc celui qui, à mon sens, acceptera d’abandonner la posture du spécialiste et les contraintes pratiques, méthodologiques, d’une discipline pour relier sa spécialité au monde des hommes, à l’environnement humain et planétaire. Ce n’est pas de penseurs plastiques adaptables à un monde mouvant, techno-déterminé, mondialisé etc. – tel que la novlangue médiatique le décrit (et Serge Tisseron tombe malheureusement dans le panneau sémantico-rhétorique) que nous avons besoin, mais bien de personnes capables, au départ de leurs spécialités respectives, de retisser les liens avec tous les constituants des enjeux de l’humanité contemporaine. On pensera ce qu’on veut d’Edgar Morin, mais il reste à mon avis celui qui a le plus lucidement décrit l’exigence première pour la science contemporaine : distinguer et relier.

via Les intellectuels d’aujourd’hui ont perdu toute prise sur notre époque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s