Les cahiers psychologie politique. L’université, la science et la crise de la culture

« (…) ce n’est pas la crise de l’Université qui doit être identifiée. Au contraire, ce sont les réformes et l’orientation des réformes successives de l’Université qui en seraient plutôt la crise. L’« ouverture » de l’Université à son époque ou à son temps, ouverture appelée de leurs vœux par tous les réformistes, c’est son inscription dans le cadre étroit de l’immédiateté, de l’urgence, et sa fermeture à de nombreuses formes d’altération. Ainsi, plutôt que de crise et pour éviter l’amalgame, je pense qu’il est préférable de parler d’une destruction de l’université. (…)  » (Nicolas Oblin, «L’université, la science et la crise de la culture», Les cahiers psychologie politique [En ligne], numéro 9, Juin 2006. URL : http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=994 )

via Les cahiers psychologie politique. L’université, la science et la crise de la culture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s